Tractate de Nice

De Wikipedia
Saltar a: navigation, serchar

Li Tractate de Nice es tractate adoptet in Nice in decembre 2000 per li Consilie del Union europan por amendar li du tractates fundatori del Union Europan:

It devenit valid li 1essim februar 2003.

Terminologie[modificar | redacter fonte]

Li institutiones nov del munde causat li creation de expressiones nov in li lingue quotidian quam specialisat. Pro que li interlingue ne posset previder ti evolution in avanse, li expressiones nov usat in ti temas in Wikipedia in interlingue esset reunit sur págine special de terminologie international facil a acceder e a trovar.

Stipulationes del tractate[modificar | redacter fonte]

It fixa li principies e li metodes por li evolution del sistema institutional successivemen quande li Union Europan va devenir plu grand e superar li elargament del Union Europan.

Li objective prim del Tractate de Nice esset de reformar li structura institutional por suportar li elargament del Union Europan, tache quo on suposit terminat pos li Conferentie Ínter-Guvernamental de Amsterdam ma li Tractate de Amsterdam fallit a punctus divers.

Li Tractate adoptet per li consilie europan de Nice esset ataccat mult. Li Germania demandat al Consilie que su population plu numerosi deve esser reflectet per jures de vote plu important; li Francia oposit se e insistet por que li paritá simbolic ínter li Francia e li Germania deve esser mantenet.

Mult pledat por simplificar tre li sistema actual e por vicear it per introducter li majoritá duplic del du, membre states e population, por vicear li sistema actual de vote al majoritá qualificat. Ti esset ancor rejettat per li Francia por causes simil.

Sintese del tractate de Nice[modificar | redacter fonte]

Li scope de ti note es de presentar sintese concis del tractate de Nice quo intrat in valentie li 1essim februar 2003.

Li Institutiones[modificar | redacter fonte]

Changeamentes in li institutiones durant li processu del elargament

Li tractate límita se a fixar li principies e metodes del evolution del sistema institutional gradualmen quande li Union acresce.

Li númere de sedes al Parlament europan del States membres nov, li númere del voces quo ili va reciver al Consilie e particularimen li límite del majoritá qualificat aplicabil in li future va dever esser determinat juridicmen in li tractates de adhesion.

Li modificationes per li tractate de Nice pri li composition del Comission e li ponderation del voces esset solmen aplicabil de li 1essim novembre 2004 e li composition nov del Parlament europan intrat in aplication de li electiones de 2004.

Li dispositiones del tractate tendet a transposir li sistema anteriori con un egalitá de tractament con li States membres de tallie comparabil.

Parlament europan[modificar | redacter fonte]

Composition[modificar | redacter fonte]

Li Conferentie Ínter-Guvernamental procedet a repartition nov del sedes in li Parlament europan in li perspective de Union con 27 membres. Desde 2004, li númere maxim de deputatos europan (antey 700) devenit 732.

Li númere de sedes por li States membri actual diminuet (antey 626) de 91 sedes a 535 sedes. Solmen li Germania e Luxemburgia conserva li sam númere de deputatos. Ti diminution eveni completmen solmen por li assemblé quo va esser electet in 2009.

veracimen, quam li Union ne conta 27 States membri in 2004, on decidet por li electiones europan in 2004 que on augmenta li númere del deputatos a electer al pro rata in li States membri old e in li States membri nov quo signat li tractate de adhesion til li 1essim januar 2004, por atinger li total de 732 (totvez sin que li númere de deputatos a electer vell devenir plu que li númere antey).

Secun li base de Nice, li tabelle sequent adoptet por 25 States membri por li inclusion in li tractate de adhesion.

     Vider ligatura
Repartition relative del sufrages in li Parlament del Union europan secun li decision in li Tractate de Nice desde li 1essim novembre 2004:
Country Jures de vote Population
(in milliones)

Germania 99 82.0
Reyatu Uni 78 59.4
Francia 78 59.1
Italia 78 57.7
Hispania 54 39.4
Polonia 54 38.6
Nederland 27 15.8
Grecia 24 10.6
República Tchec 24 10.3
Belgia 24 10.2
Hungaria 24 10.0
Portugal 24 9.9
Svedia 19 8.9
Austria 18 8.1
Slovaquia 14 5.4
Dania 14 5.3
Finland 14 5.2
Lituania 13 3.7
Eire 13 3.7
Lettonia 9 2.4
Slovenia 7 2.0
Estonia 6 1.4
Cypria 6 0.8
Luxemburgia 6 0.4
Malta 5 0.4

Total 732 450.7

Quam it es probabil que States membri nov va rejuntar li Union durant li legislatura 2004-2009 e que pro to deputatos europan nov va esser electet in ti states, on previdet que li númere maxim de 732 sedes in li Parlament europan posse esser excedet temporarimen por reciver li deputatos del States quo vell signar tractates de adhesion pos li electiones europan de 2004.

Modificationes altri[modificar | redacter fonte]

L'article 191 CE a été complété par une base juridique permettant l'adoption, selon la procédure de codécision, d'un statut des partis politiques au niveau européen et notamment de règles relatives à leur financement.

Le statut des membres du Parlement européen sera approuvé par le Conseil statuant à la majorité qualifiée, à l'exception des dispositions relatives au régime fiscal (art. 190 CE)

Le Parlement européen aura dorénavant la possibilité, comme le Conseil, la Commission et les Etats membres, d'intenter des recours en annulation contre des actes des institutions sans devoir démontrer un intérêt particulier (art. 230 CE) et de recueillir un avis préalable de la Cour de justice sur la compatibilité d'un accord international avec le traité (art. 300 (6) CE).

Comme il sera indiqué de façon plus détaillée ci-après, les compétences du Parlement européen ont été étendues par l'extension du champ de la codécision (cf. infra point II.A) et par l'avis conforme qui sera requis pour instaurer une coopération renforcée dans un domaine régi par la codécision (cf. infra point II.B). Le Parlement européen sera également appelé à se prononcer lorsque le Conseil envisage de constater l'existence d'un risque clair de violation grave des droits fondamentaux (cf. infra point III.A).

Li Consilie[modificar | redacter fonte]

Definition del majoritá qualificat[modificar | redacter fonte]

A partir du 1er novembre 2004, le système de prise de décision à la majorité qualifiée sera modifié. Dorénavant, la majorité qualifiée sera atteinte lorsque deux conditions sont réunies :

  • la décision recueille au moins un nombre de voix déterminé (le seuil de la majorité qualifiée) et
  • la décision recueille le vote favorable de la majorité des Etats membres.

Le nombre de voix attribué à chaque Etat membre a été modifiée. Bien que le nombre des voix ait été augmenté pour tous les Etats membres, l'augmentation est plus importante pour les Etats membres plus peuplés. Les cinq Etats membres les plus peuplés disposeront, dans une Union de 15 membres, de 60% des voix (aujourd'hui 55%).

Le seuil de la majorité qualifiée a été au centre des débats au cours des dernières heures de la CIG. Le compromis final est complexe. En tout état de cause, le seuil de la majorité qualifiée sera fixé dans les traités d'adhésion successifs, sur la base des principes déterminés par le traité de Nice (en particulier par la déclaration sur le seuil de la majorité qualifiée).

Le tableau ci-après a été adopté sur cette base et pour le traité d'adhésion en vue de l'élargissement à dix nouveaux pays. Ce système devrait rentrer en vigueur en novembre 2004. Un vote à la majorité qualifiée requiert un minimum de 232 votes(1).

     Voir lien : [1]

ETATS MEMBRES VOTES Allemagne 29 Royaume Uni 29 France 29 Italie 29 Espagne 27 Pologne 27 Pays-Bas 13 Grèce 12 République tchèque 12 Belgique 12 Hongrie 12 Portugal 12 Suède 10 Autriche 10 Slovaquie 7 Danemark 7 Finlande 7 Irlande 7 Lithuanie 7 Lettonie 4 Slovénie 4 Estonie 4 Chypre 4 Luxembourg 4 Malte 3 TOTAL UE 321

Le traité prévoit en outre la possibilité pour un membre du Conseil de demander qu'il soit vérifié que la majorité qualifiée représente au moins 62% de la population totale de l'Union. S'il s'avère que cette condition n'est pas remplie, la décision n'est pas adoptée. Toutefois, cette condition ne joue que si la vérification est demandée.

Comission[modificar | redacter fonte]

Composition[modificar | redacter fonte]

La CIG a décidé de différer dans le temps le plafonnement du nombre de membres de la Commission.

A partir du collège qui entrera en fonction le 1er novembre 2004, la Commission sera composée d'un national par Etat membre(2). Les Etats membres les plus peuplés perdent donc à cette date la possibilité de proposer un second commissaire, quel que soit à cette date le nombre d'Etats membres de l'Union.

A partir de la première Commission qui sera nommée lorsque l'Union comptera 27 Etats membres, le nombre de Commissaires, sera inférieur au nombre d'Etats membres. Les membres seront choisis sur la base d'une rotation égalitaire.

Concrètement, le Conseil, statuant à l'unanimité, arrêtera après la signature du traité d'adhésion du vingt-septième Etat membre :

  • le nombre de membres de la Commission ;
  • les modalités de la rotation égalitaire, sachant que tous les Etats membres seront traités sur un strict pied d'égalité et que chaque collège devra refléter de manière satisfaisante les différentes caractéristiques démographiques et géographiques des Etats membres.

Nomination[modificar | redacter fonte]

La CIG a décidé de modifier la procédure de nomination de la Commission (art. 214 CE).

Dorénavant, la désignation du Président incombe au Conseil européen statuant à la majorité qualifiée. Cette désignation est approuvée par le Parlement européen.

Ensuite, le Conseil, statuant à la majorité qualifiée et d'un commun accord avec le président désigné, adopte la liste des autres personnalités qu'il envisage de nommer membres de la Commission, établie conformément aux propositions faites par chaque Etat membre. Cette dernière formule vise uniquement à faire en sorte que le Conseil ne puisse pas désigner comme membre de la Commission une personnalité qui n'aurait pas été proposée par le gouvernement de l'Etat membre dont elle a la nationalité. Elle n'affecte pas la pratique selon laquelle le président désigné, avant qu'il ne donne son accord sur cette liste, engage des contacts politiques avec chaque gouvernement afin que le nouveau collège soit composé de manière harmonieuse et équilibrée du nouveau collège.

Enfin, le président et les membres de la Commission sont nommés par le Conseil statuant à la majorité qualifiée, après l'approbation du collège par le Parlement européen.

Infortiament del potenties del presidente[modificar | redacter fonte]

Le nouveau libellé de l'art. 217 CE renforce les pouvoirs du président , lequel va décider de l'organisation interne de la Commission ; va attribuer les responsabilités des membres de la Commission et si nécessaire, les remaniera en cours de mandat ; il nommera, après approbation du collège, des vice-présidents, dont le traité ne fixe plus le nombre ; un membre de la Commission devra présenter sa démission si le président, après approbation du collège, le lui demandera.

Système juridictionnel de l'Union[modificar | redacter fonte]

La CIG a procédé à des réformes importantes du système juridictionnel de l'Union. Ces réformes sont destinées à trouver une solution pour la surcharge d'affaires auxquelles la Cour de Justice se trouve confrontée, avec pour conséquence des délais de jugement excessifs. Cette situation est au détriment du fonctionnement de l'UE et insatisfaisant pour le justiciable.

Les dispositions essentielles relatives au Tribunal de première instance, notamment ses compétences, se trouvent dorénavant dans le traité. En outre, le traité prévoit la possibilité de créer des chambres juridictionnelles chargées de connaître en première instance certains recours.

Le traité a introduit une plus grande souplesse pour adapter le système juridictionnel dans le futur, en réglant un certain nombre de questions dans le statut de la Cour, qui pourra dorénavant être modifié par le Conseil statuant à l'unanimité sur demande de la Cour ou sur demande de la Commission. L'approbation des règlements de procédure de la Cour et du Tribunal par le Conseil est passée à la majorité qualifiée.

Composition

Comme dans le passé, la Cour de Justice est composée d'un juge par Etat membre. Des mesures ont toutefois été prises pour maintenir l'efficacité de la juridiction et la cohérence de sa jurisprudence. La « grande chambre », qui comprend onze juges (dont le président de la Cour et les présidents de chambre à cinq juges), entendra en règle générale les affaires qui sont traitées aujourd'hui par l'assemblée plénière. Les présidents des chambres à cinq juges seront élus pour un mandat de trois ans, renouvelable une fois.

Le Tribunal de première instance compte au moins un juge par Etat membre (le nombre est fixé dans le statut ; actuellement il prévoit quinze juges). Comme dans le passé, le nombre de juges au TPI (inscrit jusqu'ici dans la décision instituant le TPI) peut être modifié.

Répartition des compétences entre Cour et Tribunal

Le traité fixe la répartition des compétences entre la Cour de Justice et le Tribunal de première instance, mais la délimitation pourra être ajustée par le statut.

Le Tribunal de première instance devient le juge de droit commun pour l'ensemble des recours directs (notamment les recours en annulation (art. 230 CE), en carence (art. 232 CE), en responsabilité (art. 235 CE), à l'exception de ceux qui seront attribués à une chambre juridictionnelle et de ceux que le statut réservera à la Cour.

La Cour de Justice garde la compétence pour les autres recours (notamment les recours en manquement, art. 226 CE), mais le statut pourra confier au Tribunal d'autres catégories de recours que ceux énumérés à l'article 225 CE.

L'idée est de maintenir au niveau de la Cour, en tant qu'organe juridictionnel suprême de l'Union, le contentieux relatif aux questions essentielles pour l'ordre communautaire. A cet effet, la CIG a demandé à la Cour et la Commission de procéder dans les meilleurs délais à un examen d'ensemble de la répartition des compétences, pour que des propositions appropriées puissent être examinées dès l'entrée en vigueur du traité de Nice.

La Cour de Justice, responsable d'assurer l'application uniforme du droit communautaire dans l'Union, garde en principe compétence pour connaître des questions préjudicielles ; toutefois, en vertu de l'article 225 CE, le statut pourra confier au Tribunal la compétence préjudicielle dans certaines matières spécifiques.

Les chambres juridictionnelles

Le Conseil pourra créer des chambres juridictionnelles chargées de connaître en première instance certaines catégories de recours dans des matières spécifiques (p.ex. dans le domaine de la propriété intellectuelle). Par une déclaration, la CIG demande de préparer un projet de décision pour créer une telle chambre juridictionnelle pour statuer sur les litiges en matière de personnel (art. 236 CE).

Contre une décision des chambres juridictionnelles, un recours « en cassation » pourra être introduit devant le Tribunal de première instance.

Brevete europan[modificar | redacter fonte]

Enfin, le nouvel article 229 bis CE permettra au Conseil, statuant à l'unanimité, d'attribuer à la Cour de Justice la compétence de statuer sur des litiges liés à des titres de propriété intellectuelle. Cette disposition vise essentiellement les contentieux entre particuliers dans lesquels le futur brevet communautaire sera impliqué. Cette décision du Conseil n'entrera en vigueur qu'après son adoption par les Etats membres (c'est-à-dire après une ratification).

Corte del contos[modificar | redacter fonte]

Le traité prévoit dorénavant de façon explicite que la Cour des comptes est composée d'un national de chaque Etat membre. La Cour des comptes pourra créer des chambres chargées d'adopter certaines catégories de rapports ou d'avis.

Bank central europan e Bank europan del plazzamentes[modificar | redacter fonte]

     Le traité de Nice ne modifie pas la composition du conseil des gouverneurs de la BCE (composé des membres du directoire et des gouverneurs des banques centrales nationales), mais crée la possibilité de modifier les règles relatives à la prise de décision (les décisions sont actuellement adoptées, en règle générale, à la majorité simple des membres, chacun disposant d'une voix art. 10 du statut de la BCE). Cette modification requiert une décision unanime du Conseil européen, ratifiée ensuite par les Etats membres. La CIG a déclaré qu'elle s'attend à ce que le conseil des gouverneurs présente dans les plus brefs délais une recommandation de modification des règles de vote.
     Pour la BEI, le traité de Nice prévoit la possibilité de modifier la composition du conseil d'administration et les règles relatives à la prise de décision par une décision du Conseil statuant à l'unanimité.

Comité economic e social e Comité del regiones[modificar | redacter fonte]

     La CIG n'a pas modifié le nombre et la répartition par Etat membre des sièges du CES et du CdR. Le traité prévoit dorénavant que le nombre des membres de ces comités ne peut pas dépasser 350 (art. 258 et 263 CE), mais ce plafond n'est pas atteint avec les sièges prévus pour les nouveaux Etats membres.
     La qualification des membres du CES a été modifiée : celui-ci est constitué de « représentants des différentes composantes à caractère économique et social de la société civile organisée » (art. 257 CE). Pour le CdR, le traité prévoit dorénavant de façon explicite que les membres doivent être titulaires d'un mandat électoral régional ou local ou être politiquement responsables devant une assemblée élue.

Li processu decisional[modificar | redacter fonte]

Extension del vote al majoritá qualificat[modificar | redacter fonte]

Le traité de Nice étend dans une certaine mesure le champ de la prise de décision à la majorité qualifiée. On trouvera en annexe la liste des 27 dispositions qui passent intégralement ou partiellement de l'unanimité à la majorité qualifiée.

Les plus importantes dispositions qui passent à la majorité qualifiée dès l'entrée en vigueur du traité de Nice sont :

  • les mesures facilitant la libre circulation des citoyens de l'Union (art. 18 CE) ;
  • la coopération judiciaire civile (art. 65 CE) ;
  • la conclusion d'accords internationaux dans le domaine du commerce des services et des aspects commerciaux de la propriété intellectuelle (art. 133 CE), avec des exceptions (voir ci-après) ;
  • la politique industrielle (art.157 CE) ;
  • la coopération économique, financière et technique avec les pays tiers (art. 181 bis CE, nouvelle disposition pour adopter des mesures fondées jusqu'ici sur l'art. 388 CE) ;
  • l'approbation du statut des députés européens (art. 190 CE), sauf pour ce qui concerne le régime fiscal ;
  • le statut des partis politiques au niveau européen (art. 191 CE, nouvelle disposition) ;
  • l'approbation des règlements de procédure de la Cour de Justice et du Tribunal de première instance (art.223 et 224 CE)

A noter que les nominations des membres de certaines institutions ou organes se feront dorénavant à la majorité qualifiée (Président et membres de la Commission, de la Cour des comptes, du Comité économique et social et du Comité des Régions ; le Haut Représentant/Secrétaire général et le Secrétaire général adjoint du Conseil ; les envoyés spéciaux Pesc).

Le passage à la majorité qualifiée a été différée jusqu'en 2007 pour les fonds structurels et le fonds de cohésion (art. 161 CE), ainsi que pour l'adoption des règlements financiers (art. 279 CE).

Enfin, pour les dispositions du titre IV du traité CE (visas, asile, immigration et autres politiques liées à la libre circulation des personnes), la CIG est convenue d'un passage à la majorité qualifiée partiel et différé , par différents instruments (modification de l'art. 67 CE, protocole ou déclaration politique) et sous différentes conditions (soit à partir du 1er mai 2004, soit après l'adoption d'une législation européenne définissant les règles communes et les principes essentiels).

Il en résulte que pour les cinq domaines que la Commission avait identifiés comme domaines clés, le bilan est mitigé :

  • fiscalité (art. 93, 94 et 175 CE) : maintien de l'unanimité pour toutes les mesures ;
  • politique sociale (art. 42 et 137 CE) : maintien du statu quo. Toutefois, le Conseil peut décider, à l'unanimité, de rendre applicable la procédure de codécision à ceux des domaines de la politique sociale qui sont actuellement encore à l'unanimité. Cette « passerelle » ne pourra toutefois pas être utilisée pour la sécurité sociale ;
  • politique de cohésion (art. 161 CE) : le passage à la majorité qualifiée est décidé, mais ne sera d'application qu'après l'adoption des perspectives financières pluriannuelles applicables à partir du 1er janvier 2007 ;
  • politique de l'asile et de l'immigration (art. 62 et 63 CE) : l'application de la majorité qualifiée a été différée dans le temps (2004) et ne portera pas sur des éléments essentiels de ces politiques, tels que le "partage du fardeau" (art. 63 (2) b) ou les conditions d'entrée et de séjour des ressortissants des pays tiers (art. 63 (3) a).
  • politique commerciale commune (art. 133 CE) : elle inclut dorénavant la négociation et la conclusion d'accords internationaux dans le domaine du commerce des services et des aspects commerciaux de la propriété intellectuelle. Ces accords sont conclus à la majorité qualifiée, sauf lorsque l'accord comprend des dispositions pour lesquelles l'unanimité est requise pour l'adoption de règles internes ou lorsque l'accord porte sur un domaine dans lequel l'Union européenne n'a pas encore exercé ses compétences. En outre, les accords relatifs à l'harmonisation des services culturels et audiovisuels, services d'éducation, services sociaux et de santé humaine continuent à relever de la compétence partagée avec les Etats membres.

Le traité de Nice a étendu le champ de la codécision. Cette procédure sera applicable pour sept dispositions qui passent de l'unanimité à la majorité qualifiée (art. 13, 62, 63, 65, 157, 159 et 191 CE; cela concerne respectivement : des mesures d'encouragement dans la lutte contre la discrimination; des éléments relatifs à la Justice et aux Affaires intérieures tels que les contrôles frontaliers et les mesures concernant le droit d'asile, les réfugiés et la politique d'immigration; des éléments relatifs à la politique industrielle; règlements pour les partis politiques au niveau européen; pour l'art. 161 CE, qui concerne la politique de cohésion, le traité prévoit l'avis conforme par le PE). Ainsi, la plupart des mesures de nature législative qui, après le traité de Nice, requièrent une décision du Conseil statuant à la majorité qualifiée, seront décidées par la procédure de codécision. En revanche, la CIG n'a pas étendu la procédure de codécision aux mesures de nature législative qui relèvent déjà aujourd'hui de la majorité qualifiée (telles que dans la politique agricole ou la politique commerciale).

Cooperation infortiat[modificar | redacter fonte]

La CIG a procédé à une refonte complète des dispositions relatives aux coopérations renforcées, notamment en rassemblant dans une disposition les dix conditions nécessaires pour instaurer une coopération renforcée. Si les caractéristiques essentielles de cet instrument ont été largement maintenues (comme les principes selon lequels une coopération renforcée ne peut être engagée qu'en dernier ressort et doit être ouverte à tous les Etats membres), d'importantes modifications ont néanmoins été agréées.

Le nombre minimal d'Etats membres pour instaurer une coopération renforcée est dorénavant fixé à huit Etats membres, alors que le traité prévoit actuellement que la majorité des Etats membres est nécessaire. Ainsi, le nombre minimal d'Etats nécessaire pour instaurer une coopération renforcée passera, avec les élargissements successifs, à un tiers des membres de l'Union (comme l'avait proposé la Commission) et même moins.

Dans le traité instituant la Communauté européenne (premier pilier), la possibilité de s'opposer à l'instauration d'une coopération renforcée (le « veto ») a été supprimée. Elle a été remplacée par la possibilité pour un Etat membre de saisir le Conseil européen. Après cette éventuelle évocation, le Conseil peut cependant statuer à la majorité qualifiée sur tout projet de coopération renforcée. En outre, lorsque la coopération renforcée porte sur un domaine qui relève de la codécision, l'avis conforme du Parlement européen est requis.

Le traité de Nice a introduit la possibilité d'instaurer des coopérations renforcées dans le domaine de la politique extérieure et de sécurité commune (deuxième pilier), pour la mise en oeuvre d'une action commune ou d'une position commune. Ces coopérations renforcées ne peuvent pas porter sur des questions ayant des implications militaires ou dans le domaine de la défense. L'autorisation d'instaurer une coopération renforcée est accordée par le Conseil après avis de la Commission, notamment sur la cohérence de cette coopération renforcée avec les politiques de l'Union. Le Conseil décide à la majorité qualifiée, mais chaque Etat membre peut demander que le Conseil européen en soit saisi en vue d'une décision à l'unanimité ("frein de secours/emergency brake").

Pour la coopération policière et judiciaire en matière pénale (troisième pilier), la possibilité du « veto » a été supprimée à l'instar de ce qui est prévu pour les coopérations renforcées dans le premier pilier.

Modificationes altri[modificar | redacter fonte]

Le traité de Nice apporte d'autres modifications aux traités, dont les plus importantes sont les suivantes:

Jures fundamental[modificar | redacter fonte]

En vertu de l'art. 7 TUE, le Conseil européen peut constater l'existence d'une violation grave et persistante des droits fondamentaux. Après un tel constat, le Conseil peut suspendre certains des droits de cet Etat. Le traité de Nice a complété cette procédure par un dispositif préventif. Sur proposition d'un tiers des Etats membres, du Parlement ou de la Commission, le Conseil, statuant à la majorité de quatre-cinquième de ses membres et après avis conforme du Parlement, peut constater qu'il existe un risque clair de violation grave des droits fondamentaux par un Etat membre et lui adresser des recommandations appropriées. La Cour de Justice sera compétente (art. 46 TUE) uniquement pour les litiges relatifs aux prescriptions de procédure de l'article 7, et non pas pour apprécier le du bien-fondé ou l'opportunité des décisions prises en vertu de cette disposition.

Securitá e defense[modificar | redacter fonte]

Le Conseil européen de Nice a adopté le rapport de la présidence sur la politique européenne de sécurité et de défense, qui prévoit notamment le développement des capacités militaires de l'Union, la création de structures politiques et militaires permanentes et l'incorporation dans l'Union des fonctions de gestion de crise de l'UEO.

Sans que cela constitue un préalable pour rendre la politique de sécurité et de défense rapidement opérationnelle sur la base des dispositions actuelles du traité, le traité de Nice modifie l'article 17 TUE, en supprimant les dispositions définissant la relation entre l'Union et l'UEO.

En outre, le comité politique et de sécurité (« COPS », nouvelle désignation du comité politique par le traité) pourra être autorisé par le Conseil, aux fins d'une opération de gestion de crise et pour la durée de celle-ci, à prendre lui-même les décisions appropriées dans le cadre du deuxième pilier pour assurer le contrôle politique et la direction stratégique de l'opération de gestion de crise.

Coopération judiciaire pénale[modificar | redacter fonte]

La CIG n'a pas ajouté au traité, comme l'avait proposé la Commission, une disposition qui aurait permis de créer un procureur européen pour la protection des intérêts financiers de l'Union européenne.. En revanche, le traité de Nice complète l'article 31 TUE avec la mention et la description des tâches de « Eurojust », unité de magistrats détachés qui aura pour mission, dans le cadre de la coopération judiciaire en matière pénale, de contribuer à une bonne coordination des autorités nationales chargées des poursuites pénales.

Accords interinstitutionnels[modificar | redacter fonte]

La CIG a adoptée une déclaration annexée au traité de Nice sur les accords interinstitutionnels. Celle-ci rappelle que les relations entre les institutions européennes sont régies par le devoir de coopération loyale et que, lorsqu'il s'avère nécessaire de faciliter l'application des dispositions du traité, le Parlement, le Conseil et la Commission peuvent conclure des accords interinstitutionnels. Ces accords ne peuvent ni modifier, ni compléter les dispositions du traité et ne peuvent être conclus qu'avec l'accord de ces trois institutions.

Comité de la protection sociale[modificar | redacter fonte]

Le traité de Nice a, par un nouvel art. 144 CE, consacré au niveau du traité le Comité de la protection sociale qui avait été créé par le Conseil en application des conclusions du Conseil européen de Lisbonne.

Dénomination du Journal officiel[modificar | redacter fonte]

Le nom du Journal officiel des Communautés européennes est modifié en « Journal officiel de l'Union européenne » (art. 254 CE).

Lieu de réunion des Conseils européens[modificar | redacter fonte]

La CIG a adopté une déclaration annexée au traité de Nice qui prévoit que « à partir de 2002, une réunion du Conseil européen par présidence se tiendra à Bruxelles. Lorsque l'Union comptera dix-huit membres, toutes les réunions du Conseil européen auront lieu à Bruxelles ». Il est à noter que cette déclaration ne vise que les réunions formelles du Conseil européen, les présidences étant libres d'organiser dans le lieu de leur choix les réunions informelles du Conseil européen (ou de ne pas en organiser), à l'instar des réunions informelles du Conseil qui peuvent être organisées dans d'autres lieux que ceux qui résultent du protocole sur le siège des institutions.

Conséquences financières de l'expiration du traité CECA[modificar | redacter fonte]

Le traité CECA a expiré le 23 juillet 2002. A la demande du Conseil, la Commission avait présenté en septembre 2000 un projet de décision relative au transfert du patrimoine de la CECA à la Communauté européenne, qui devra être affecté à la recherche dans les secteurs du charbon et de l'acier. Pour des raisons de sécurité juridique, il a été jugé préférable de régler cette question par un protocole annexé au traité de Nice.

Declaration pri li futur del Union[modificar | redacter fonte]

En décembre 2000, la Conférence intergouvernementale a adopté une déclaration, relative à l'avenir de l'Union, par laquelle elle souhaite qu'un débat à la fois plus large et plus approfondi s'engage sur l'avenir de l'Union européenne. Cela a finalement conduit à la déclaration de Laeken, adoptée en décembre 2001 lors du Conseil européen de Laeken. Dans ce document, le Conseil européen a établi une Convention sur l'avenir de l'Union, laquelle devrait avoir terminé son travail en juin 2003. Une nouvelle CIG sera convoquée par la suite, dans la perspective d'adopter une Constitution pour l'Union européenne. D'après la Commission, la Traité de Nice sera utile pour gérer la première étape de l'Union élargie ; ce dernier n'a cependant pas donné des réponses complètement adéquates pour faire travailler efficacement et démocratiquement une Union à 25 ou plus Etats membres.

Cronologie del Union europan[modificar | redacter fonte]

Union europan - Tractates europan, Historie
1952 1958 1967 1993 1999 2003 ?
U N I O N    E U R O P A N  
Comunitá europan del carbon e del stal
Comunitá economic
europan
Comunitá europan
Euratom (Comunitá europan del energie atomic)
...Comunitás
europan
:
CECA, CEE , Euratom
Justicie e
aferes interiori
Politica extran
e securitá comun

(PESC)
Tractate
de Paris
de 1951
Tractate
de Roma
Tractate
de fusion
Tractate
de Maastricht
Tractate
de Amsterdam
Tractate
de Nice
Tractate
de Roma
de 2004
"TRI PILARES"
Comunitás Europan (CE, Euratom), Politica externi e de securita comun (PESC), Justicie e aferes interiori (JAI)